Merveilleux Hibiscus © version 2005

d'autres pages de l'auteur

English version under construction

........ dans ces pages des articles de l'auteur, reportages ou photos de voyage ayant un rapport avec le monde végétal.

Sélection en europe

parue dans Hibiscus International Juin 2003

Etes vous un hybrideur ou un sélectionneur ?

La fonction d'hybrideur d'hibiscus est particulièrement noble car elle implique de la créativité et de l'innovation. La fonction du sélectionneur est complétement ingrate car elle respecte peu le travail apporté par la précédente fonction. Depuis longtemps je suis étonné par le peu d'attention apporté aux multiples sélections qui circulent sur les listes de discussion. Je pense qu'il pourrait être utile que j'emploie les objectifs et point de vue que doit retenir un sélectionneur européen pour permettre d'attirer l'attention des hybrideurs vers une meilleure recherche et une approche plus sélective de leurs hybridations.

Historiquement, depuis 2 à 3 siècles, l'homme a rassemblé, collectionné et transporté l'hibiscus depuis des lieux multiples. Avec des plantations en jardins ou en serres, les collectionneurs d'hibiscus ont commencé à distinguer des différences en observant les formes de végétation de la plante et les caractéristiques des fleurs. Progressivement, ces divers observateurs ont développé des classifications basées sur les grands et divers critères dominants ; dans le même temps, ils ont appris les différentes méthodes de multiplication et d'hybridation. D'un point de vue très large, nous pouvons observer que les premiers hybrideurs travaillant localement, avec les ressources disponibles de leur environnement, n'ont pas amélioré de manière significative le potentiel de l'hibiscus. En d'autres lieux, d'autres collectionneurs avec des ressources plus adéquates, dans un environnement privilégié et avec des disponibilités de variétés provenant d'origines différentes, en particulier d' Hawaii, ont réussi à faire progresser les hibiscus dans leurs contrées.

Pour clarifier la discussion nous parlerons uniquement de l'hibiscus rosa sinensis.

Au fil du temps, différents groupes d'amateurs et de collectionneurs passionnés se sont regroupés et formés des sociétés. Par cette voie, ils sont arrivès à des rencontres et a de larges échanges d'idées, ce qui développa l'amélioration et la connaissance sur ce terrain. Pour rendre les sociétés vivantes et animées, plusieurs personnalités ont développé des expositions et rapidement déterminé qu'il était nécessaire de récompenser les meilleurs résultats. Ceci fut fait en fonction des situations géographiques et en fonction des pratiques locales. Différentes récompenses furent largement attribuées depuis le diplôme de mérite, le certificat, la médaille d'argent ou d'or. Quelquefois, ces récompenses étaient accompagnées de distinctions particulières : des rubans, des objets d'art etc. Année après année, des règles furent établies et des classifications spécialisées furent créées pour intégrer un grand nombre de candidats.

Nous avons observé une particulière tendance, dans l'emploi des critères de sélection, d'une recherche orientée pour obtenir des fleurs de plus en plus grandes, de plus en plus colorées et mieux dessinées, sans avoir porté un regard sur les caractéristiques de la plante elle-même.

En Europe, depuis les années 1960, l'hibiscus est apparu dans le grand éventail des plantes fleuries malgré le faible nombre de cultivars disponibles dans de rares collections. Les nombreuses difficultés dans les échanges internationaux de plantes ne favorisèrent pas une extension des cultivars. Il devint donc nécessaire d'introduire l'hybridation pour essayer d'élargir la gamme de nouveaux cultivars disponibles. Les rares expériences réalisées par les horticulteurs ne permirent pas de faire de grands bonds ni d'avancée particulière. Le plus souvent, il fut nécessaire d'attendre les résultats apportés par le travail du centre de recherche de Wageningen aux Pays-Bas pour voir apparaître une véritable évolution dans les cultivars destinés à la culture en pots. Ayant été en contact avec ces spécialistes, j'ai ainsi suivi leur exemple et apporté ma propre contribution dans l'élargissement de ces collections. Les caractéristiques particulières des recherches néerlandaises étaient basées sur l'observation des performances des plantes résultant de leurs programmes successifs d'hybridation. Ces objectifs étant obligatoirement basés sur la rigueur et le pouvoir non émotionnel des résultats économiques pour obtenir des plantes en pots d'intérêt commercial. C'est à travers ces analyses de critères spécifiques européens que je vous invite à découvrir cette identité.

Observation N° 1 : l' hybridation des plantes est faite en serre. Ceci impose un investissement qui peut aller du simple au double dans les montages financiers, ceux-ci dépendant largement de la localisation géographique des producteurs. Cet investissement impose une conduite rigoureuse de la surface et des coûts d'exploitation.

Observation N° 2 : pour répondre aux exigences précédentes, la multiplication des plantes doit aussi prendre en considération des éléments tels que le temps et l'économie de production. La meilleure méthode de multiplication est le bouturage, aussi longtemps que la multiplication in vitro ne permettra pas d'apporter des résultats satisfaisants.

Observation N° 3 : en fonction des courants commerciaux et des périodes saisonnières de la mise en marché, la production doit aussi supporter les risques climatiques, ce qui nécessite des équipements adaptés.

Observation N°4 : Les hibiscus sélectionnés doivent trouver leur place dans une gamme de plantes en constante progression. Ceci se concrétisera par la performance de plantes ayant elles-mêmes un bon niveau qualitatif.

Finalement nous noterons que le marché européen est essentiellement un marché de consommation rapide et que 99% des plantes ne seront pas utilisées dans les jardins pour des raisons climatiques. La totalité de ces observations permet de décrire un grand nombre de besoins auxquels la culture d'hibiscus en Europe doit répondre si elle veut trouver une place sur le marché.

Nous soulignerons maintenant les différents critères pour déterminer un bon cultivar en Europe :

- sa multiplication. Il est impératif qu'elle soit réalisée par bouturage de jeunes pousses pour que les résultats de réussite ne soient pas inférieurs à 90% ; sinon, il faudra éliminer le cultivar. Les cultivars avec un enracinement difficile et délicat, y compris ceux ayant un temps d'enracinement supérieur à 6 semaines seront écartés. La multiplication avec des bois aoûtés ne sera pas retenue car ce moyen impose un temps de culture trop long en relation avec les objectifs économiques.

- l'amélioration des cultivars. Puisque la culture se fera en pots, les boutures doivent s'installer rapidement et croître régulièrement après pincement ce qui est essentiel pour établir des plantes bien ramifiées. Le cultivar doit, au minimum, développer 3 ou 4 branches suivant les caractéristiques du feuillage. Les cultivars irréguliers en émission de nouvelles pousses ou ceux trop lents à produire des végétations uniformes seront éliminés. La résistance aux maladies et parasites sera également observée.

- le temps de culture. Des observations particulières seront apportées à la régularité de la végétation, à la forme des plantes, aux nombres de branches émises, à la couleur de la robe et aux réactions aux différents produits phytosanitaires ou régulateurs de croissance.

- la mise à fleurs. C'est généralement sur ce premier critère que les sélections sont basées. La fleur doit avoir une belle forme, ronde avec des pétales se recouvrant régulièrement, bien dirigé vers le haut et couvrant le feuillage. La répartition des boutons floraux est un critère qui ne doit pas être négligé. Le dessin de la fleur et la stabilité de la couleur sont aussi de première importance. La précocité est également essentielle car elle détermine les possibilités de rotations de productions successives. Qu'éliminera-t- on ? Les cultivars ayant des fleurs qui tombent facilement, les fleurs creuses, les couleurs pâles et ternes, les pétales ayant des pigmentations irrégulières et les cultivars qui prennent trop de temps pour parvenir à une maturité florale.

- la mise en marché. D'après ce qui est décrit ci-dessus, le produit final est prêt pour sa mise sur le marché. Ce passage implique que la plante ait une bonne stabilité, une bonne résistance aux variations de température et qu'elle satisfasse aux nécessités d'emballage. Le transport des plantes joue un grand rôle dans la tenue d'un cultivar. Il doit être capable de résister à un manque de lumière d'approximativement 72 heures et ne doit pas être trop sensible à l'éthylène. Ce gaz est naturellement produit par des plantes et l'hibiscus y est particulièrement sensible. C'est à ce moment que la stabilité des boutons floraux sera testée. Si la plante ne subit pas une chute brutale des boutons, nous pourrons enfin estimer que le processus de sélection a été satisfaisant. C'est seulement après ce processus que la véritable qualité d'un bon produit, bien adapté aux marchés européens, sera finalisée.

En conclusion ; si vous suivez bien le cours de ces nombreuses périodes de sélection, vous observerez qu'à aucun moment n'a été évoquée la dimension de la fleur. C'est en fai,t un élément mineur dans ce processus. C'est à ce niveau que nous pouvons affirmer que les chemins des sélections européennes sont nettement plus drastiques que ceux effectués dans les procédures de sélection des autres continents.

La totalité de ces critères peut s'appliquer à des échelles de valeur internationales. Si nous considérons que l'hibiscus est une excellente plante en pot, c'est aussi une excellente plante en grands conteneurs pour la mise au jardin. Avec chacune de ces classifications qualitatives bien établies on pourrait définir des classifications internationales qui donneraient des valeurs comparatives sur le plan international et qui permettraient aux professionnels, comme aux amateurs, d'être mieux informés sur les aptitudes des innombrables cultivars.

Nous soulignerons aussi que le nom d'hibiscus de jardin (gv) trouverait sa pleine raison d'exister alors qu'aujourd'hui c'est encore une définition erronée et pas très claire. Enfin, permettez au sélectionneur de rêver au jour où nous n'échangerons pas seulement des photos de fleurs mais aussi de plantes fleuries !

(article légèrement revu et corrigé)

page suivante


© Reproduction interdite, textes et photos sont la propriété de l'auteur. J.F.G.2005 ©